biotop bioline insectes auxiliaires tricholine jardin
Trichogrammes Tricholine – CHENILLES DU POTAGER – Pour 100m2 – BIOTOP
13,90  Ajouter au panier

Trichogrammes Tricholine – CHENILLES DU POTAGER – Pour 100m2 – BIOTOP

13,90 

🐛 Insecte auxiliaire
🐛 Lutte biologique contre les chenilles
🐛 Protège 100 m²
🐛 Trichogrammes
🐛 Micro-guêpes parasitoïdes
🐛 Élevées en France

En stock

🚛 Livré sous 10 jour(s)

Livraison offerte !

  • Commandez avant 11h pour un traitement de la commande le jour même
Badge de confiance
Commande 100% sécurisée

Les trichogrammes contenus dans les diffuseurs ont été choisis pour leur capacité à éliminer les ravageurs du potager et du jardin en parasitant leurs œufs et ainsi empêcher la destruction de vos plants par les chenilles.

Présentés sous forme de diffuseurs les Trichogrammes protège 100 m² de jardin.

Bien que minuscule, un seul insecte peut parasiter 40 à 50 œufs de chenilles.

Trichogrammes Tricholine pour lutter contre les chenilles du potager et du jardin

La lutte biologique naturelle est depuis des millénaires le principal allié de l’agriculteur contre les parasites agricoles. Plus tard, l’humanité a également découvert que nous pouvions multiplier ces agents de lutte biologique et les relâcher dans les cultures, dans ce que nous appelons la protection biologique intégrée (PBI), augmentant même souvent les organismes bénéfiques existant déjà en plus petit nombre dans le champ. Cet outil de gestion est de plus en plus populaire parmi les agriculteurs du monde entier.

La PBI profite à l’agriculteur, en réduisant les coûts de production grâce à la diminution de l’utilisation des insecticides. En outre, la nature permet de réduire l’utilisation des pesticides de synthèse, de favoriser la préservation des ennemis naturels des parasites et de promouvoir une plus grande durabilité de la production agricole.

Les Trichogramma spp. sont de minuscules guêpes (environ 0,5 mm) qui parasitent exclusivement des œufs d’insectes, principalement de lépidoptères (papillons). C’est-à-dire qu’ils pondent leurs œufs sur les œufs de papillons qui donneraient naissance à des chenilles. L’utilisation du trichogramme a été enregistrée par le ministère de l’Agriculture en tant que bioproduit pour lutter contre les chenilles.

Bien que minuscule, une seule guêpe peut parasiter 40 à 50 œufs de papillons constituant ainsi l’un des agents de lutte biologique les plus importants en agriculture. Ces agents de lutte biologique sont produits en laboratoire et libérés dans les champs au stade de la nymphe, lorsque l’agriculteur détecte la présence de papillons (stade adulte) sur le chemin de la ponte. Dans cette phase, jusqu’à trois lâchers de trichogrammes sont effectués à des intervalles de 3 à 7 jours en utilisant des pupes du parasitoïde qui sont placées dans des diffuseurs. Elles éclosent ensuite et les micro-guêpes prennent leur envol.

Étant donné que les trichogrammes ne s’attaquent qu’aux œufs de papillons, les micro-guêpes doivent parasiter ces œufs avant leur éclosion. Une fois parasité par la guêpe, l’œuf de papillon sert de nourriture aux larves en développement du parasitoïde, ce qui entraîne la naissance de nouvelles guêpes qui lutteront elles aussi contre ldes chenilles nuisibles. Ces guêpes naissent prêtes à parasiter de nouveaux œufs et poursuivent ainsi la propagation du parasitoïde à la place du ravageur.

Ce parasitoïde étant l’un des agents de lutte biologique les plus étudiés au monde, il est désormais utilisé dans le monde entier dans différentes cultures et différents pays. L’utilisation de cet outil de gestion, dans le cadre du concept de lutte intégrée contre les parasites, a apporté d’excellents résultats à l’agriculteur.

Il est important de rappeler qu’étant un organisme vivant, la logistique de stockage, de distribution et de transport du parasitoïde est difficile, ce qui constitue un défi qu’il faut toujours évaluer. Un autre avertissement important concernant l’utilisation de ce produit est lié au fait qu’il s’agit d’un agent biologique vivant ; par conséquent, l’utilisation de pesticides non sélectifs pour le parasitoïde doit être évitée au moins 10 jours avant et une semaine après sa libération dans le champ.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.

Commentaires et question

Il n'y a pas encore de question. Soyez le premier !